Accueil du site
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

ANALYSE

Les structures d'enseignement

Les 85 conservatoires et écoles de musique, de danse et d'art dramatique du département se répartissent comme suit :

  • 1 conservatoire à rayonnement régional (CRR)
  • 1 conservatoire à rayonnement départemental en gestion intercommunale (CRD)
  • 9 conservatoires à rayonnement communal (CRC) 2 conservatoires à rayonnement intercommunal (CRI)
  • 26 écoles publiques dont 6 en gestion intercommunale
  • 46 écoles associatives dont 15 à vocation intercommunale

On remarque que 46 % des écoles sont gérées par des collectivités publiques (communes ou communautés de communes) contre 54 % d'écoles gérées par des associations. Depuis cinq ans, cette répartition est sensiblement la même, oscillant entre 52 et 54 % d'écoles associatives.

Tous ces établissements répondent à des missions de service public et organisent leur cursus d'enseignement selon les mêmes modalités pédagogiques même si tous n'ont ni les mêmes budgets ni tout à fait les mêmes objectifs.

Depuis 2008, les écoles iséroises ont adopté un projet d'établissement indiquant leurs objectifs sur 5 ans qui mettent en évidence la primauté de la pratique collective et l'intérêt d'une bonne articulation pédagogique entre culture, technique et pratique artistique pour former leurs élèves à devenir des pratiquants amateurs ou de futurs professionnels.

Le schéma départemental, voté en 2006 par le Conseil général de l'Isère, précise notamment :

« Les structures d'enseignement artistique devront avoir pour mission :

de répondre aux besoins de formation de leurs élèves dans la limite des moyens matériels et humains dont ils disposent, avec pour finalité la mise en situation de création et, pour l'enseignement musical, de pratique collective des élèves dès les plus petits niveaux ;
de valoriser tout autant le patrimoine culturel occidental que la pluralité des cultures de tradition orale existant sur notre territoire grâce à la mixité culturelle de notre population et d'ouvrir à la pédagogie le champ des musiques actuelles ;
de proposer des projets de création pluridisciplinaire et d'ouvrir des accès de culture, de création et de pratique à des élèves qui ne sont pas inscrits dans les cursus d'enseignement offrant ainsi à ces établissements de devenir des lieux ressources et des lieux de production et de création artistique ouverts au plus grand nombre ;
de contribuer à la réduction des inégalités d'accès à la culture et à la construction du lien social aux travers des politiques municipales ou intercommunales d'intervention en milieu scolaire par des personnels diplômés, et aux actions de sensibilisation et d'élargissement des publics en lien avec leurs partenaires culturels et sociaux ;
de répondre aux demandes d'accès à la formation artistique des personnes en situation de déficience ou de handicap en sachant qu'un plan de formation continue sur ces problématiques sera accessible aux enseignants. »


Quelque soit leur mode de gestion, un nombre croissant d'écoles privilégient la mutualisation des moyens au sein d'une intercommunalité. En 2008, 28,2% d'entre elles sont gérées par des communautés de communes ou de pays ou répondent à la demande de celles-ci. On retrouve à peu près cette même proportion dans les cours et les heures d'enseignement, ainsi que pour les élèves :

29,7 % des cours, 27,2 des heures et 29,9% des élèves sont dans les établissements intercommunaux. Seules les interventions en milieu scolaire sortent de ces proportions puisqu'elles représentent 38,9% des cours donnés par les musiciens intervenants en Isère.

 

Les cours individuels et les pratiques d'ensemble

La caractéristique des établissements d'enseignement artistique est d'accueillir leurs élèves en dehors du temps scolaire - donc le soir, le mercredi ou le samedi - mais pendant la période scolaire - de septembre à juin-. Ces contraintes, liées à celles qui obligent parfois l'élève à revenir plusieurs fois par semaine pour suivre des cours de culture, de technique et de pratique, posent des problèmes pédagogiques sérieux notamment avec les grands élèves qui ont moins de temps à consacrer à l'enseignement et à la pratique artistique. C'est pourquoi, nombre d'écoles proposent des parcours diversifiés pour leurs élèves en fonction de l'âge, du niveau et de leurs disponibilités.

L'importance de la pratique d'ensemble est indéniable pour les élèves, mais on a encore beaucoup de difficulté à y admettre l'ensemble des élèves. En 2008, les cours collectifs représentent seulement 53,2% de l'ensemble des cours donnés ; ils accueillent cependant 66,4% des élèves.

Le cours individuel reste, lui, encore fortement ancré dans la pédagogie musicale française. C'est ainsi que 67,6% des heures dispensées dans l'ensemble des établissements sont consacrées aux cours individuels.

 

Document

 

Les emplois

1029 enseignants exercent dans les établissements isérois et occupent 1384 emplois. 9 directeurs occupent également des emplois pédagogiques sans pour autant avoir des heures d’enseignement, il faut donc les comptabiliser en sus, le nombre total d’emplois dans les établissements isérois est donc de  1393 emplois.

24,4% des enseignants ont au moins deux employeurs, ce qui reste encore une caractéristique de ce métier malgré une stabilité de l’emploi croissante depuis ces dix dernières années.   

La stabilité de l’emploi est garantie par la titularisation dans la fonction publique territoriale et par le contrat à durée indéterminée dans le milieu associatif. En 2008, elle représente 66,8% des emplois proposés dans l’ensemble des établissements :

La fonction publique territoriale prévoit, dans la grille de l’enseignement artistique, 4 grades :

  • assistant
  • assistant spécialisé
  • professeur
  • directeur

Seules deux catégories  sont prévues dans la grille des emplois associatifs :

  • animateur
  • professeur

 
Pour les diplômes pédagogiques, l’Etat valide trois diplômes pour l’enseignement :

  • le DUMI (Diplôme Universitaire de Musicien Intervenant en milieu scolaire)
  • le DE (Diplôme d’Etat par discipline)
  • le CA (Certificat d’Aptitude par discipline)

Les formations proposées par le CEFEDEM et le CFMI en Région Rhône-Alpes et l’accompagnement financier que le Conseil général a apporté pendant plusieurs années pour ces formations diplômantes, ont facilité l’accès aux diplômes des enseignants isérois. En 2008, 429 enseignants et directeurs possèdent au moins un des trois diplômes pédagogiques d’Etat, soit 41, 3% des enseignants isérois. Ils occupent 585 emplois, soit 42 % de l’ensemble des emplois d’enseignants et de directeurs. Entre 2007 et 2008, la progression des enseignants et des directeurs diplômés approche les 10%, ce qui témoigne de la qualité grandissantedes enseignements en Isère.

 

Les documents

Titre

Titre :

Titre :

Les cycles

20590 élèves se sont inscrits en 2008 dans les conservatoires et écoles de musique, de danse et d'art dramatique de l'Isère et 32325 élèves suivent des formations dispensées par les musiciens intervenant dans les écoles maternelles et primaires. C'est donc un total de 52915 élèves qui ont suivi, en 2008, des cours de musique, de danse et d'art dramatique grâce aux établissements artistiques isérois. Cette population concernée par l'enseignement artistique se situe essentiellement dans les tranches d'âges scolarisées de la maternelle au lycée, elle est conséquente par rapport à la population scolarisée en Isère et elle est intègre chaque année de nouveaux enfants arrivant dans les tranches d'âge scolaire. Depuis plus de trente ans que les conservatoires forment des élèves à la pratique artistique, on peut raisonnablement penser qu'une part non négligeable de la population a été sensibilisée à une pratique. Les récentes analyses conduites sur les pratiques en amateur montrent en effet une forte implication des adultes dans les pratiques collectives en amateur notamment dans le champ de la musique, de la danse et du théâtre.

L'enseignement est articulé sur un cursus de trois cycles, précédé d'un cycle d'éveil. Il peut également être conçu dans des parcours hors cycle selon le projet de l'élève.

Le premier cycle est naturellement le plus fréquenté par les élèves isérois puisque c'est celui qui est présent dans toutes les écoles, il rassemble près de 57% des élèves inscrits. Le deuxième cycle rassemblé 17,6% des élèves et le troisième cycle, diplômant ou non, en accueille 5,4%. 20% des élèves inscrits suivent des cours et pratiquent leur discipline hors ces trois cycles, ils peuvent fréquenter des cours d'éveil pour les plus jeunes et des cours proposés pour ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas suivre un cursus structuré.

 

Document :